Etudiez au Italie : Toutes les informations pour étudier au Italie

Pays : Europe et Italie.

PAYS : ITALIE

Dotée d’une indéniable richesse culturelle et artistique, l’Italie attire de nombreux étudiants étrangers. Elle se distingue par un large réseau d’établissements : Les universités sont présentes aussi bien dans les grandes métropoles que dans les petites villes provinciales. Etudier en Italie est non seulement l’occasion d’intégrer un système d’enseignement de qualité, mais offre également l’opportunité de plonger au cÅ“ur de siècles d’histoire, d’art et d’architecture italiens.

L’Italie propose des certifications de connaissance de la langue italienne pour étrangers menant aux diplômes requis pour l’entrée à l’université :

Le CILS : Certificato d’italiano come Lingua Straniera. Les cours, selon les niveaux, sont dispensés par l’Université de Sienne et sont divisés en 5 Degrés, de l’élémentaire au supérieur.

Le CELI : Diplôme de Langue et de Culture Italienne, organisé par l’Université de Perugia.

La PLIDA : Prova di lingua italiana della Dante Alighieri

Les cours de langue et de culture Italienne pour étrangers sont dispensés dans les universités italiennes mais également dans d’autres organismes en Italie :

• Università per stranieri di Perugia : www.unistrapg.it/

• Università per stranieri di Siena : www.unistrasi.it

• ICON – Italian culture on the Net : www.italicon.it/

• Italica : www.italica.rai.it

• Università degli studi di Bergamo www.unibg.it

• Università degli studi di Roma Trehttp:// w3. uniroma3. it/

• Università degli studi di Trentowww.gelso.unitn.it

• Università degli studi di Udinehttp://web.uniud.it/crin/

• Istituti itliani di cultura all’estero www.esteri.it

• Università degli studi di Urbino www.uniurb.it

• Bologna – Clifo www.clifo.unibo.it/

• Università defli studi di Cassinowww.unicas.it/ gaeta2001/

• Università degli studi di Firenzewww.unifi.it/ unifi/ ccs/

• Centro di Cultura per Stranieri

• Università degli studi di Genova

www.unige.it/ centrint/

• Università degli studi di l’Aquila www.univaq.it/

• Università degli studi di Lecce

www. bussola. unile. it/

• Università degli studi di Milano

http:// studenti. unimi. it/

• Università degli studi di Torino

http://hal9000.cisi.unito.it/summerschool/

• Italiani all’estero www.esteri.it

• Società Dante Alighieriwww.soc-dantealigheri.it/

• Università par Stranieri «Dante Alighieri» www.unisdarc.it di Reggio Calabria

• Asils-Associazione Scuole di Italianowww. asils. it/ indexa. Htm come Lingua Seconda

Le système italien d’enseignement supérieur (ES) est dit binaire en ce qu’il est composé de deux secteurs distincts :

– le secteur universitaire

– le secteur non universitaire

Actuellement le secteur universitaire comprend un nombre total de 94 institutions, ainsi réparties :

– 61 Universités publiques, dont 3 Universités technologiques (Politecnici) et 2 Universités pour étrangers

– 17 Universités privées légalement reconnues

– 6 Ecoles/Instituts supérieurs à réglementation spéciale

– 11 Universités d’enseignement à distance

• L’enseignement supérieur non universitaire est, à son tour, divisé en plusieurs types d’institutions, spécialisées dans différents secteurs disciplinaires. Voici les plus connues :

– les institutions du système Afam (Alta formazione artistica e musicale e coreutica – Haute formation artistique, musicale et chorégraphique) : les Académies des Beaux-Arts publiques, les Académies des Beaux-Arts privées légalement reconnues, les Instituts Supérieurs pour les industries artistiques, l’Académie Nationale d’Art Dramatique “Silvio D’Amico”, l’Académie Nationale de Danse, les Conservatoires de Musique, et les Instituts Musicaux reconnus parl’Etat ;

– la Fondation Centro Sperimentale di Cinematografia (ancienne Scuola Nazionale di Cinema – Ecole Nationale de Cinéma) ;

– les Ecoles Supérieures de Médiation Linguistique ;

– les Instituts autorisés à mettre en place des formations spécialisées en psychothérapie ;

– les Ecoles d’Archivistique, de Paléographie et de Diplomatique ;

– les Académies Militaires et les Instituts de Police ;

– les Instituts Centraux de Restauration Artistique, et les Ecoles de Conservation et de Restauration des biens culturels ;

– les Ecoles/Instituts de Formation Intégrée Supérieure (FIS) qui offrent les cours dits “cours IFTS” ;

– les Centres/Ecoles/Instituts de Formation Professionnelle Régionale.

– Certains types d’institutions du secteur non universitaire ont été transformés grâce à une réforme similaire à celle des universités ; par conséquent, elles sont classées parmi les institutions de niveau universitaire même si le terme “université” n’est pas présent dans leur nom ; en revanche, d’autres sont toujours de niveau post-secondaire et offrent une formation de nature professionnalisante, différente de la formation notablement plus académique qui est typique du système universitaire italien

Les titres délivrés par les universités italiennes sont :

La “Laurea” (L) di base : Ce cursus se déroule sur une période de 3 ans et a pour objectif d’acquérir des connaissances générales et des connaissances professionnelles permettant une insertion immédiate dans le monde du travail.

– La Laurea Magistrale (LM) : La «Laurea Magistrale» ex legis 270 va désormais remplacer ce qu’on appelait « Laurea specialistica » même si elle s’obtient comme celle – ci au terme d’un cursus de 2 ans auquel on accède après l’obtention de la laurea di base ou d’un diplôme étranger reconnu équivalent. Les différences concernent la répartition des crédits ou unités de valeur.

– La Laurea Specialistica à cycle unique : Ce sont les LS en pharmacie, odontologie, médecine vétérinaire (5 ans) et médecine (6 ans) avec des restrictions d’accès « numerus clausus ». Le diplôme ne s’obtient qu’à la fin du cycle de 5 ou 6 ans. Il n’existe aucun diplôme intermédiaire. Pour le cursus de médecine, les diverses spécialisations (pédiatrie,cardiologie, …) sont post-laurea (après le diplôme).

– Le Diploma di Specializzazione (DS) :

Il s’obtient aux termes d’un cursus au sein d’une scuola di specializzazione dont la durée peut varier de 2 à 6 ans selon les disciplines. Il a pour objectif de fournir à l’étudiant des connaissances et un savoir-faire nécessaires à l’exercice d’une activité professionnelle particulière (médecin spécialiste, enseignants, avocats, notaires,…).

– Le Master universitaire : Ce sont des cursus de perfectionnement d’un an qui peuvent faire suite soit à la laurea (master de premier niveau), soit à la laurea specialistica (master de second niveau). Il s’agit généralement de cursus très spécialisés qui peuvent parfois être en langue anglaise.

– Le Dottorato di Ricerca (DR) : Le doctorat s’effectue après une licence ou une maîtrise. Le titre de Docteur a une valeur exclusivement académique et est valable uniquement dans le domaine de la recherche scientifique. Pour accéder au Doctorat, il faut passer préalablement un concours d’entrée.

– Les diplômes d’Ingénieurs en Italie :

La formation d’Ingénieur se fait à l’Université, au sein des Facultés d’Ingénierie (Facoltà di Ingegneria). Il n’existe pas de Grandes Ecoles, ou d’Ecoles d’Ingénieurs, comme en France. Une fois obtenue la laurea ou la laurea specialistica dans une des disciplines de l’Ingénierie (ex : Ingénierie Biomédicale, Ingénierie Informatique, Ingénierie Mécanique, …), le jeune ingénieur doit passer un examen (l’Esame di Stato ) pour pouvoir être inscrit à l’Ordre des ingénieurs (Ordine degli Ingegneri) de sa région. Le détenteur d’une laurea en ingénierie obtiendra ainsi le titre de Ingegnere Iunior alors que le détenteur d’une laurea specialistica obtiendra le titre de Ingegnere.

Enseignement et formation techniques supérieurs (IFTS) :

L’enseignement et la formation techniques supérieurs (IFTS) sont réservés aux titulaires du diplôme d’enseignement secondaire du deuxième cycle. La durée du cursus varie entre 2 à 4 semestres. Cet enseignement vise des filières dont les débouchés sont demandés sur le marché. Il est axé sur la pratique et propose des stages qui représentent au moins 30% de la durée du parcours de formation.

Enseignement hors universitaire :

L’enseignement supérieur hors universitaire couvre un nombre limité de domaines tels que les arts, la conservation et la restauration du patrimoine culturel, l’archivage, la paléographie et la diplomatie, la traduction et l’interprétariat.

Il existe :

– Les Académies des Beaux – Arts (Accademie di Belle Arti).

– Les Instituts Supérieurs pour les Industries Artistiques (Istituti Superiori per le Industrie Artistiche) ISIA.

– L’Académie Nationale d’Art Dramatique (Accademia Nazionale d’Arte Drammatica “Silvio D’Amico”).

– L’Académie Nationale de Danse (Accademia Nazionale di Danza).

– Les Conservatoires de Musique.

– Les Instituts Musicaux.

– L’Académie Nationale de Santa Cecilia (Accademia Nazionale di Santa Cecilia).

– L’Ecole Nationale de Cinéma (Scuola Nazionale di Cinema) SNC

– L’Institut Central pour les Biens Culturels (Istituto Centrale per i Beni Culturali)

– L’Ecole de la restauration (Istituto Centrale per il Restauro) ICR

– Les Ecoles d’Archivistique, de Paléographie et de Diplomatique (Scuole di Archivistica, Paleografia e Diplomatica)

– Ecole supérieure de l’interpréte et du traducteur (Scuola Superiore per Interpreti e Traduttori).

PROCEDURE D’ADMISSION AU SEIN D’UNE ECOLE

L’accès à l’université n’est pas soumis à un système de sélection : un diplôme de fin d’études secondaires suffit – sauf pour quelques facultés qui sont limitées par un “numerus clausus” dans certains cours. Généralement, les étudiants étrangers admis aux universités italiennes possèdent des titres qui permettent l’accès aux facultés universitaires dans le pays où ils ont été obtenus (à condition que son obtention ait eu lieu après un cycle d’études de 12 ans au minimum). Tout étudiant ayant obtenu l’équivalent du « Diploma di Maturità » (Baccalauréat) peut s’inscrire.

Par ailleurs, l’étudiant étranger non résidant en Italie ne doit en aucun cas s’adresser directement à l’université. La demande doit obligatoirement être adressée à l’Ambassade d’Italie à en Côte d’ivoire ou dans votre pays de résidence qui centralise l’ensemble des candidatures et les transmet aux universités. L’étudiant doit préciser au niveau de sa demande la filière qu’il souhaite suivre ainsi que le nom de l’université qu’il veut intégrer.

• Important : Pour que sa candidature soit transférée à l’université choisie, le candidat – doit être en possession d’un Certificat de connaissance de la langue italienne (CILS, CELI ou PLIDA) correspondant au niveau européen B2.

• Immatriculations aux universités italiennes :

Vu que la connaissance assurée de la langue italienne au moins au niveau B2 est la condition obligatoire pour l’inscription à l’université en Italie, on prendra en considération pour l’immatriculation ceux et celles qui :

– Possèdent une certificazione CILS, ou CELI ou PLIDA livello B2, exploitable aussi pour la profession;

– Possèdent un diplôme universitaire (de trois ans min) d’Italien.

L’inscription : Une fois en possession des attestations certifiant le niveau de langue, l’Ambassade transmet la demande à l’université qui – dans un délai de quelques semaines – communiquera l’acceptation de la candidature et la date de l’entretien en Italie. En fait, les Universités soumettent en principe tout étudiant étranger à une épreuve de connaissance de la langue italienne au moment de leur arrivée en Italie. Au cas où l’université choisie aurait dépassé son contingent de places, il se verra proposer un autre établissement ou un autre cursus dans la même université. Les étudiants africains doivent s’adresser aux représentations diplomatiques italiennes présentes dans leur pays pour faire une demande de visa, en principe au début du mois d’août précédant le commencement des études envisagées.

À cette demande, doivent être joints les documents suivants :

– Passeport en cours de validité et photocopie CIN

– Certificat de naissance dûment traduit en italien-Livret de famille ;

– Preuve de la disponibilité de moyens financiers suffisants pour financer ses études (un minimum de 350 euros par mois est requis soit 3500 euros pour une année universitaire de 10 mois).

– Une police d’assurance pour soins médicaux et hospitalisations ;

– 2 photos dont une authentifiée ;

– Preuve de disponibilité d’un logement (hôtel, résidence, maison) dans la ville où se trouve l’Université choisie.

Les universités italiennes prévoient des frais d’inscription qui peuvent varier considérablement de l’une à l’autre. Il est suggéré aux candidats de s’informer toujours préalablement sur les montants à payer.

A noter : Dans les 8 jours suivant l’entrée en Italie, les étudiants doivent se rendre à la Préfecture de police (Questura) pour demander leur permis de séjour pour « motif d’études ».

COÛT DE LA VIE: ITALIE

Le budget :

Il existe de grandes différences de prix entre le nord et le sud du pays. Le coût de la vie à Milan, Bologne ou Rome est beaucoup plus élevé que celui de Bari, Cagliari ou Naples. Un étudiant vivant dans une grande ville doit prévoir un budget annuel d’environ 10 000 euros. Il existe pour les étudiants des restaurants appelés « Mensa » qui offrent des repas à des prix abordables. Pour obtenir les adresses de ces restaurants, il faut s’adresser à l’université.

Les bourses :

Des bourses d’études et de recherche de valeur approximative de 700-800 Euros chacune sont proposées par le gouvernement italien aux étudiants africains.

Ces bourses d’études concernent des :

– Cours de langue italienne ;

– Cours universitaires individuels ;

– Cours de diplôme universitaires ;

– Cours divers de haute formation artistique et musicale auprès d’Instituts d’Enseignement Supérieur (Académie,Conservatoire) ;

– Recherche ;

– Cours post-universitaires : doctorats, masters, spécialisations ;

– Cours de langue et culture italiennes, d’une durée minimale de 1 mois (réservés aux enseignants de langue italienne et aux étudiants universitaires d’italien inscrits au moins à la 3ème année de cours).

Peuvent aussi être accordées aux étudiants désirant se spécialiser en Italie, des bourses octroyées par le Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR), l’Istituto Superiore di Sanità (ISS), l’Istituto Nazionale di Fisica Nucleare (INFN), l’Ente per le Nuove tecnologie, l’Energia e l’Ambiente (ENEA), l’Agenzia Spaziale Italiana (ASI), l’Instituto Nazionale per la Fisica della Materia (INFM) ou par d’autres institutions publiques et privées comme la Scuola Superiore Enrico Mattei, le Collegio Europeo di Parma et la Fondazione Benetton.

Logement:

Les auberges de jeunesse sont les moins chères mais la durée du séjour y est limitée.

Les Case dello Studente: ce sont des maisons d’étudiants équivalentes aux cités universitaires. Les chambres sont en priorité réservées aux boursiers. Cependant, un certain nombre de places est généralement réservé aux étudiants étrangers.

Les « Collegi Universitari » : Ce sont des logements publics qui proposent généralement la pension complète ainsi que beaucoup d’autres services tels que des activités sportives, une bibliothèque, une salle d’étude, des conférences et des séminaires.

Les locations privées : beaucoup d’Italiens pratiquent la co-location (coinquilini) car les appartements sont très chers.

Les bons plans : Pays de culture méditerranéenne, la vie sociale se déroule à l’extérieur, sur les places et les grandes artères des villes. Tout le monde se retrouve le soir pour la fameuse promenade (passeggiata). C’est l’occasion de se retrouver et de se montrer sous son meilleur jour. L’étudiant pourra découvrir des villes mythiques comme Rome qui regorge d’activités culturelles et artistiques ou encore Florence et Sienne. Il pourra également sillonner la Toscane et l’Ombrie et profiter des paysages et de la douceur de vivre de ces régions.

By AskoEtude